• Notre actualité

    Retrouvez les dernières actualités du MEDEF PF

    Le Medef demande la réouverture des frontières maritimes à l'Etat​

    Le Medef de Polynésie française demande à l'Etat de "reconsidérer" la situation des frontières maritimes fermées depuis le 3 février au fenua, estimant que plus aucune mesure sanitaire ne justifie de faire perdurer cette interdiction.
    Article disponible ici

    Publié le 02/05/21

    Le Medef plaide pour une reprise rapide des croisières​

    Il est nécessaire de permettre au tourisme de croisière de redémarrer rapidement estime le MEDEF par la voix de son président, Frédéric Dock.
    Le syndicat patronal redoute de voir les touristes américains et néo-zélandais en particulier se détourner rapidement de la destination Polynésie si les navires de croisières ne reprenaient pas rapidement leur activité.
    Article disponible ici

    Publié le 03/05/21

    " Le vrai sujet c'est la reprise de l'activité, Edouard Fritch l'a bien compris !" - Frederic Dock

    Frédéric Dock, président du MEDEF Polynésie, se réjouit de l'annonce de la réouverture des frontières au 1er mai. Il salue la démarche d'Edouard Fritch auprès du gouvernement central et les dispositifs d'aides apportés tant par l'Etat que par le pays pour faire face aux dommages de la crise économique liée à la crise sanitaire.
    Grâce à l'ouverture des frontières " on va pouvoir efin redémarrer l'activité qui reste le seul moteur de l'emploi " estime le président du syndicat patronal. "On attendait de la visibilité, c'est maintenant le cas", s'est-il félicité.
     
    Interview disponible ici

    Publié le 08/04/21

    Frédéric Dock est interrogé sur le "Plan de Relance"
    dans l'Invité Café

    Un plan de relance économique a été présenté par le gouvernement mercredi 10 mars. Les équipes du MEDEF ont travaillé aux cotés du ministère de l'économie et des finances pour le construire. Le maître-mot : la solidarité. Mais, comme le rappelle Frédéric Dock, président du MEDEF en Polynésie :
    "En 2020, les entreprises polynésiennes ont perdu près de 100 milliards de chiffre d'affaires. Les entreprises résistent mais ça ne pourra pas durer beaucoup plus longtemps. (...) Les dispositifs proposés pourront nous permettre de tenir deux mois, pas beaucoup plus. Parallèlement, le Pays, à travers ce plan, met des moyens pour redémarrer certains secteurs économiques : l'agriculture, l'économie bleue, la transition énergétique et le numérique. Mais même pour développer ces secteurs, il faut de la visibilité : on ne peut pas continuer à vivre au jour le jour. La réouverture des frontières doit être prévue et annoncée de manière à ce que l'on puisse s'organiser. Le tourisme, le monde des affaires, les familles : on a tous besoin d'échanges."
     
    Interview disponible ici

    Publié le 11/03/21

    PLAN DE RELANCE​

    Attendu avec impatience et fruit d’une intense co-construction à laquelle des représentants du MEDEF PF ont largement contribués, nous vous invitons à prendre connaissance du PLAN DE RELANCE 2021/2023 établis par le Ministère de l’Economie & des Finances (MEF) et désormais mis en ligne sur le site de la Présidence du gouvernement de la Polynésie française.
    Plan de relance disponible ici 
    La gouvernance de ce PLAN DE RELANCE 2021/2023 permet aux organisations parties prenantes d’accéder à un point d’entrée privilégié de son outil de pilotage et de suivi d’avancement.

    Publié le 11/03/21

    Acteurs-Eco : Le point de vue du Medef sur la crise économique liée au covid

    Invité sur le plateau, Frédéric Dock interviendra dans l’émission en tant que Président du Medef en Polynésie. Il donnera quelques chiffres clés à surveiller ainsi que le point de vue du Medef sur la crise économique liée au covid.

     

    Interview disponible ici

    Publié en février 2021

    Mesures d’urgence économiques et sociales : Ce qu’ils en pensent​

    Président de la compagnie Air Tahiti Nui, représentant du secteur de l’hôtellerie, responsables des principales organisations patronales locales, que pensent-ils du train de mesures d’urgence présenté mardi par le gouvernement pour atténuer les dégâts économiques et sociaux d’une fermeture de plusieurs semaines des frontières polynésiennes ?

     

    Olivier Kressmann : "Il est regrettable que l’État ne vienne pas compléter ces dispositifs"

     

    Lire la suite ici

    Publié le 02/02/21

    Paris referme le ciel aux touristes, Papeete cherche des solutions​

    Face à la dégradation de la situation sanitaire, le gouvernement central a décidé de limiter les déplacements des citoyens vers l’étranger et l’outre-mer.
     
    Nouveau coup dur pour l’économie locale. Face à la dégradation de la situation sanitaire, une « stricte limitation » des déplacements vers et depuis la France a été annoncée, vendredi dernier, par le Premier ministre, Jean Castex.
    La circulation active du coronavirus et l’apparition des variants, associée à des risques de contamination très rapide, ont poussé l’exécutif à prendre cette décision lourde de conséquences pour le fenua.
     
    Lire la suite ici

    Publié le 01/02/21

    DIXIT 2021 : L’ÉCONOMIE POLYNÉSIENNE EN TEMPS DE PANDÉMIE​

    « Les entreprises sont pour beaucoup un genou à terre et toutes les personnes que j’ai rencontrées étaient soucieuses de l’avenir de leurs employés autant que de celui de leurs sociétés" - Dominique MORVAN

     

    Lire la suite ici

    Publié le 26/02/21

    LE PLAN FRANCE RELANCE, QU’EST-CE QUE C’EST ?

    Un Plan de Relance exceptionnel de 12 mille milliards de F CFP (100 milliards d'euros) est déployé par l’Etat autour de 3 volets principaux : l'écologie, la compétitivité et la cohésion. Il sert à subventionner les porteurs de projets !
     
    Certains appels à projets (AAP) du Plan France Relance pour les projets industriels sont applicables en Polynésie française à travers un VOLET TERRITORIAL !

    Publié le 14/02/21

    Pas encore lancée, la réforme du code du travail échauffe déjà les esprits.

    Édouard Fritch l’a annoncé, Nicole Bouteau doit la mener. Et les deux élus semblent avoir une approche légèrement différente de la réforme de la règlementation du travail. Un « grand chantier » et des négociations qui s’annoncent musclées vu les oppositions, déjà vives, entre le patronat, décidé à revoir un code « inadapté », et les syndicats, qui s’arment contre tout « assouplissement ».

     

    Deux discours pour une réforme, donc. Celui d’Édouard Fritch semble davantage se rapprocher des demandes exprimées par le Medef, qui juge aujourd’hui que le Code du travail actuel a « montré ses limites ». Le constat date d’avant crise : « On avait autour de 65 000 salariés en 2019, et près de 70 000 dix ans auparavant, pointe son président Frédéric Dock. Malgré la croissance retrouvée, on n’a pas été capable de reconstruire d’emploi« . Cette déconnexion, que certains lient au développement à outrance de l’auto-entreprenariat, « est un véritable problème ». Pointée du doigt, la lourdeur et la « trop grande rigidité » de la règlementation, qui a de quoi « effrayer » les potentiels embaucheurs ou investisseurs.

     

    Lire la suite ici

    Publié le 22/01/21

    Les entreprises du Fenua face à la crise de la Covid-19

    Comment elles entrevoient le bout du tunnel ? Les dispositifs d'aide aux entreprises seront-ils renouveller ? Quelles sont les aides à l'emploi ?
    Des entreprises du fenua ont perdu un peu plus de 150 milliards en 2020 alors qu’en 2019 leur chiffre d’affaires était de 900 milliards alors que les aides de l'Etat se chiffrent à 6 milliards
    Le secteur du tourisme termine l'année 2020 dans une situation catastrophique puisque nous sommes dans des pertes, des baisses du chiffre d'affaires conséquents ... moins 80% dans l'hébergement par rapport en 2019 (...) Les autres entreprises où les pertes ont été un peu limitées (entre 10-15%) grâce à l'ouverture des frontrières qui leurs ont permis d'assurer un minimun de flux et d'activités de passage et de conclure l'année 2020 dans des conditions supportables.
     
    Lire la suite ici

    Publié le 19/01/21

    Le BTP résiste à la crise et appréhende 2021​

    Si selon le dernier bulletin de l'ISPF tous les indicateurs du BTP sont au vert en 2019, le secteur soutenu par le plan de relance semble avoir absorbé le choc de la crise en 2020, mais appréhende 2021 avec méfiance. Les professionnels s'interrogent notamment sur les capacités de financement des commandes publiques, face à la baisse des recettes fiscales.
     
    "Il faut le dire, 2020 n'a pas été si catastrophique que ça pour nous" insiste Heirangi Nouveau, directeur général de Interoute et président de la chambre syndicale du Bâtiment et travaux publics (BTP). Bien conscients que le secteur n'a pas autant souffert que le tourisme, le transport ou la perle, les professionnels refusent de vouloir faire pleurer dans les chaumières. Au contraire, on affiche même une certaine reconnaissance envers les autorités, dont les efforts dans le cadre du plan de relance ont permis de limiter la casse.
     
    Lire la suite ici

    Publié le 11/01/21

    Le quota obligatoire de travailleurs handicapés inquiète le patronat​

    La réévaluation automatique de 2 à 4%, depuis le début de l'année, du quota de travailleurs en situation de handicap qu’ont l’obligation d’employer les entreprises de plus de 25 salariés, sous peine de sanctions pécuniaires, inquiète dans le patronat. Un assouplissement de cette réglementation est à l’étude, indique le ministère du Travail.

     

    Ça coince du côté des syndicats patronaux. En Polynésie française, depuis 2007, toute entreprise employant au moins 25 salariés doit en principe embaucher des travailleurs handicapés dans la proportion de 4% de son effectif salarié. Cependant, depuis l’instauration de cette obligation, un abaissement "transitoire" de ce taux à 2% a systématiquement été prorogé, d’année en année, à la demande des partenaires sociaux en proie à des difficultés de recrutement. Il faut savoir que faute de respect, les entreprises s’exposent à une pénalité annuelle confiscatoire au bénéfice du Fonds pour l'insertion professionnelle des travailleurs handicapés (FIPTH).
    Cette contrainte pécuniaire annuelle est depuis 2016 fixée à 1 000 fois le SMIG horaire, par travailleur handicapé manquant dans les entreprises contrevenantes. Et selon une estimation faite par le Medef-Pf, cette pénalité a représenté en 2019 un coût annuel de 1,1 million de Fcfp en moyenne dans ses entreprises affiliées.

     

    Lire la suite ici

    Publié le 05/01/21

    L'édito du président - Frédéric DOCK

    2020 aura vraisemblablement été l’année la plus angoissante qu’aient jamais connue les chefs d’entreprises et leurs collaborateurs depuis le début de leur vie active.

    Dès le déclenchement de la crise sanitaire, le MEDEF PF s’est mobilisé pour interagir avec les autorités et remonter les informations essentielles à ses organisations patronales, au jour le jour et de manière réactive.
     
    Cette contribution au soutien des entreprises s’est amplifiée et structurée au fil des mois, à travers le lancement de plusieurs commissions de travail ainsi que de nombreuses interventions du Bureau auprès du gouvernement et de son administration.

    2021 sera immanquablement l’année de tous les enjeux. Il nous a paru tout aussi indispensable que l’ensemble de nos adhérents soient très régulièrement informés des événements qui les concernent, notamment à la faveur de notre participation au plan de sauvegarde des entreprises, ou encore de nos propositions pour la modernisation de notre économie.

    Aussi le Bureau a-t-il décidé de publier une Newsletter qui vous sera directement adressée. Celle-ci vous permettra de partager notre actualité et de vous faire réagir à nos actions.
    Le format qui vous est aujourd’hui proposé est bien entendu susceptible d’évoluer tant dans ses rubriques que sa fréquence, au gré des évènements.

    Je vous invite à découvrir cette première Newsletter et j’en profite pour vous souhaiter, au nom de toute l’équipe du Bureau et de la permanence réunie, de passer de très prudentes et ressourçantes fêtes de fin d’année.
    Nous nous retrouverons ainsi, dès le début d’année, avec le plein d’énergie qui sera plus que jamais nécessaire au soutien et au développement de nos entreprises.

    Le président

    Publié le 01/01/21

    Comment réinstaurer le dialogue social, comment le moderniser ?

    Frédérick Dock, président du Medef Polynésie, s'exprime à propos du dialogue social dans le cadre des mouvements sociaux qui agitent la Polynésie française.
     
    "La grève c'est définitivement l'option la plus mauvaise qui soit, c'est le recourt perdant-perdant. D'un côté on a des grévistes, des pères et des mères de famille qui ne sont pas payés et de l'autre des chefs d'entreprise qui comptent les pertes. (...) Cette méthode est, on le considère ainsi au Medef, d'un autre temps."
     
    Lire la suite ici

    Publié le 30/12/20

    Les patrons saluent le Plan de relance 2021-2023

    Une présentation du Plan de relance "Protection et résilience" est prévue jeudi matin à Tarahoi. Une stratégie de sauvetage de l’économie polynésienne que saluent les deux principales organisations patronales. La CPME déplore cependant l’absence de mesures provisoires pour la sauvegarde des TPE sinistrées par la crise.

     

    Après le vote d’un budget primitif 2021 "entièrement consacré à la relance", comme le soulignait en préambule jeudi dernier le président Fritch, l’heure est maintenant au Plan de relance 2021-2023 "Protection et résilience". Un plan dont l’enjeu est de soutenir une économie durement touchée par la crise Covid en 2020, tout en mettant en œuvre le chantier de sa modernisation.

     

    Lire la suite ici

    Publié le 09/12/20.

    Chômage partiel : "Que l'Etat apporte sa contribution"

    Dans une interview donnée à Tahiti Infos, le président du MEDEF PF, Frédéric Dock, dresse un état des lieux de la situation des entreprises locales et exhorte l'Etat, notamment après la décision de fermer le tourisme métropolitain, à apporter sa contribution à un dispositif de chômage partiel au fenua.

     

    Quelle la situation des entreprises polynésiennes aujourd'hui après la crise liée au confinement et pendant cette période d'incertitude ?

    "Déjà on peut constater, au moment où l'on se parle, qu'il n'y a pas eu d'écroulement des entreprises et de leurs chiffres d'affaires malgré la tension et l'inquiétude générale. Je pense que ça c'est déjà important et on voit les effets que cela a sur l'emploi. On est sur 3 000 emplois de perdus depuis le début de l'année. Là dessus, globalement, on a l'impression que la casse est limitée. Ca c'est évidemment lorsqu'on considère que l'on n'est encore sous aucune mesure de contrainte telle que le confinement, mais c'est avec le couvre-feu et avec les contraintes globales mondiales que l'on connaît tous."

    Lire la suite...

    Publié le 20/11/20.

    La Délégation polynésienne reçue par Geoffroy Roux de Bézieux, président du MEDEF France et Frédéric DOCK, président du MEDEF PF

    La Délégation polynésienne constituée du Président du Pays, Edouard FRITCH, du président de l'Assemblée de la Polynésie française, Gaston Tong Sang et du ministre de l'Economie et des finances, Yvonnick Raffin ont été reçu ce mardi 06 octobre au siège du MEDEF France à Paris par son président, Geoffroy Roux de Bézieux et le président du MEDEF PF, Frédéric DOCK, qui était à l'initiative de cette rencontre.

     

    Cette rencontre a porté sur le thème de l'attractivité de la Polynésie auprès des entreprises françaises du réseau MEDEF en général, mais aussi d'évoquer le contexte économique de la Polynésie bouleversé par la crise sanitaire et son combat constant en faveur de l’emploi et de la sauvegarde des outils de production au travers des entreprises.

     

    Tourisme, défiscalisation, transition énergétique, économie bleue, numérique, innovations,... autant de thèmes de développement parfaitement en ligne avec le grand plan de Relance du gouvernement national.

     

    Résolu à relayer les demandes de la Polynésie française auprès des pouvoirs publics, le président du MEDEF a tenu à assurer le Président du Pays de tout son soutien et de sa compréhension concernant les difficultés actuelles.

    Publié le 06/10/20.

    Communiqué du MEDEF PF du 12 août 2020

    Le MEDEF Polynésie, 1ère organisation patronale de Polynésie française, s’associe pleinement aux nouvelles mesures responsables et réfléchies, prises par les Autorités de l’Etat et du Pays, en vue de limiter la propagation de la Covid19, et ce sans pour autant risquer de nuire au rebond économique. Un nouveau repli sur soi aurait des conséquences néfastes, tant sur le plan social qu'économique.

     

    Le MEDEF Polynésie soutient que notre meilleure protection contre cette pandémie sournoise, demeure la vigilance collective et individuelle, qui s’affirme par des gestes barrières quotidiens et répétés, que ce soit dans la vie privée ou professionnelle. Les entreprises du MEDEF Polynésie réaffirment ainsi leur engagement dans la protection de leurs salariés et de leurs clients.

     

    Rappelons que les entreprises de Polynésie dans leur secteur d'activité, ont toutes été informées et sensibilisées aux mesures de protection de leurs salariés, demandées par les Autorités. Cette crise sanitaire nécessite plus que jamais le soutien économique et financier des pouvoirs publics. Aussi les entreprises du Medef Polynésie continueront-elles de soumettre au gouvernant des propositions dans ce sens.

     

    Frédéric DOCK, Président

    Publié le 12/08/20.

    EDITO du MEDEF PF : PLAN DE RELANCE VOLET 1 - Des investissements publics ambitieux pour le secteur BTP

    A déjà 4 mois du début de la crise, Le Président Edouard Fritch, aux côtés des membres du Gouvernement, a présenté, vendredi 10 Juillet, le Plan d’investissement du Pays pour 2020, avec pour objectif un volume d'investissement public équivalent à celui de 2019 soit près de 30 milliards Fcfp de liquidation.

    Ce niveau élevé implique un rattrapage très important d’ici la fin d’année, car les 4 derniers mois - qui en comprenaient 2 en confinement - affichent plus de 30 % de baisse d’activité dans ce secteur.

     

    Voici donc un Plan ambitieux mais pas impossible, d’autant qu’au même moment, le Pays répond favorablement à la demande du MEDEF Polynésie de réinstaurer l’OBSERVATOIRE DU BTP qui permettra d’identifier et de traiter les obstacles que les services administratifs comme les entreprises rencontreront inéluctablement dans la mise en œuvre de ces projets.

     

    Ce plan prévoit aussi la création d’une COMMISSION INTERMINISTERIELLE DE RELANCE, d’un COMITE DE PILOTAGE DES INVESTISSEMENTS PUBLICS, indispensables pour assurer la coordination et l’efficacité des actions publiques.

     

    Il faut ainsi saluer cette prise de conscience des difficultés que rencontre le BTP et le choix du Gouvernement d’en faire le moteur de la RELANCE A COURT TERME.

     

    Pour autant, ce premier volet ne doit néanmoins pas faire oublier le retard que nous avons pris dans l’atteinte des objectifs plus durables, tels que celui de la TRANSITION ENERGETIQUE, qui nécessite de doubler la part des énergies renouvelables (EnR) dans le mixte énergétique, d’ici 2030. Ou encore celui de la connexion au TRES HAUT DEBIT des foyers et des entreprises qui est aujourd’hui 10 fois plus élevée en métropole qu’en Polynésie alors que le besoin, comme vient de le démontrer cette crise, demeure tout autant essentiel.

     

    Un développement orienté vers une croissance plus verte et plus digitale qui s’inscrit totalement dans la politique du nouveau Gouvernement national et qui répond à l’aspiration des consommateurs de toutes orientations comme des entreprises de toutes dimensions. C’est par conséquent une opportunité pour la Polynésie de concrétiser ses ambitions dans ces domaines et de profiter de cette dynamique nationale et européenne pour obtenir enfin le soutien qu’elle mérite.

     

    Ne laissons pas passer cette chance, et pourquoi pas à l’occasion du Volet 2 de la RELANCE, reprendre sans attendre le chemin d’un développement plus durable et source d’une croissance responsable pour le bien et l’avenir de toute la Polynésie.

    Publié le 21/07/20.

    EDITO de la FEDOM : " L'amitié est loin quand elle échappe aux regards"

    "On doit cette citation des Élégies au poète latin Properce qui est à l’origine du proverbe bien connu « Loin des yeux, loin du cœur ».
    Ce proverbe, nombre de responsables en Polynésie mais aussi en Nouvelle-Calédonie ou à Wallis-et-Futuna le trouvent furieusement d’actualité.


    Il y a quelques jours, le président du gouvernement de Polynésie française, Édouard Fritch, rappelait devant les élus du Fenua qu’il avait sollicité auprès du premier ministre, l’octroi de la garantie de l’état pour deux prêts, l’un de 310 M€ pour couvrir les besoins de la collectivité, et l’autre de 160 M€ pour soutenir la trésorerie de la CPS (Caisse de prévoyance sociale ) soit 470 M€ au total pour surmonter cette crise économique majeure.


    Mais pour l’heure soulignait-il en le déplorant, le projet de modification de la loi de finances rectificative « nous indique un montant de garantie de l’état à hauteur de 240M€ à l’étude par le Parlement national », soit la moitié ! Ce qui laisse songeur Édouard Fritch : « Serions-nous victimes de la bonne gestion de nos deniers publics polynésiens, conduisant ainsi certaines hautes administrations à minimiser nos besoins d’accompagnement », s’est-il interrogé publiquement. ..."

     

    Et d’évoquer tout haut ce que d’aucuns pensent tout bas, y compris au sein du gouvernement français, à savoir que c’est la faute du statut de la Polynésie française, sur l’air bien connu « Ils l’ont voulu, ils l’ont eu » et donc qu’ils assument !


    Edouard Fritch le reconnaît lui-même en des termes très diplomatiques : « La solidarité nationale dans ce statut d’autonomie et dans le cadre des relations que nous avons avec la métropole est un petit peu mise à mal ».


    Le président demande d’ailleurs une clarification à l’état, notamment sur la compétence Santé, en soulignant que seules ses bonnes relations avec le haut-commissaire Dominique Sorain ont permis de lever quelques obstacles, mais pas tous, en particulier sur le confinement intervenu deux semaines après qu’il en ait fait la demande.
    La Délégation sénatoriale à l'Outre-mer et son président Michel Magras ont été saisis de ce sujet, mais Édouard Fritch a annoncé qu’il conduirait lui-même une mission à Paris pour mieux faire entendre la voix de son territoire.
    Un des principaux chefs d’entreprise du territoire est plus cash lorsqu’il déclare : « Ca ne s’arrange pas du côté de l’état. Beaucoup de questions posées, beaucoup d’analyses, mais pas beaucoup de réponses… »


    La balle est maintenant dans le camp du gouvernement qui va devoir très vite clarifier sa position sur les réponses attendues par les élus du Pacifique. Car, de tous les territoires ultramarins qui sont très durement touchés, c’est sans doute en Polynésie française que les conséquences seront les plus dramatiques compte tenu de la grande dépendance de l’économie au secteur du tourisme littéralement dévasté.


    Au début de la crise, le président Macron déclarait que « la France devait faire nation ». L’éloignement et le statut ne doivent pas être des freins à la solidarité. Dans le Pacifique comme ailleurs, ce sont des entreprises, leurs salariés et leurs familles qui souffrent. Et ce sont nos compatriotes !

    Publié le 29/06/20

    EDITO du MEDEF PF : PLAN DE SAUVEGARDE ECONOMIQUE

    Chapitre 2 « le REBOND »

    Présenté aux Partenaires sociaux le 18 mars dernier, dans un contexte de restrictions sanitaires fermes, mais nécessaires, pour protéger la Polynésie d’une pandémie méconnue, le plan de sauvegarde économique du Gouvernement de la Polynésie française a vu ses objectifs initiaux globalement tenus.​

    Face à une activité économique quasi à l’arrêt, imposée par le confinement sanitaire de la population, l’urgence économique et sociale s’est concentrée sur une batterie de nouveaux dispositifs exceptionnels du Pays et de l’Etat. La priorité a été ainsi donnée au maintien d’une capacité financière « a minima », tant des entreprises que des particuliers.

     

    Au-delà de ces dispositifs d’urgence et face à cet arrêt d’activité, vécu à l’identique par la métropole et les DROM, nous n’avons pas bénéficié des mêmes mécanismes prévus au titre de la solidarité nationale, dont celui qui permettrait le maintien à 84% du salaire net. Il est encore temps d’espérer une intervention équivalente de l’Etat pour la Polynésie française, notamment dans le cadre du plan national de sauvegarde du Tourisme, annoncé comme « sans précédent » par le Premier Ministre, pour soutenir le secteur qui est confronté « à la pire épreuve de son histoire moderne ».

     

    Dans le même temps, notre urgence et notre priorité sont l’écriture du chapitre 2 « le REBOND » du plan de sauvegarde économique, bâti autour des maîtres mots : ACTIVITE, EMPLOI, FORMATION, INNOVATION et INCLUSION.

    Lire la suite...

    Lire article de TAHITI INFOS du 10/06/20​

    Publié le 09/06/20

    L’État et la Polynésie française, solidaires des entreprises les plus touchées par la crise Covid-19​

    La convention relative au déploiement du Fonds de solidarité aux entreprises en Polynésie française a été signée par le Haut-Commissaire et le Président de la Polynésie française​.

    L’État a mis en place, avec les Régions, un fonds de solidarité doté de 835,3 milliards XPF qui permettra le versement d’une aide défiscalisée aux entreprises, aux indépendants, aux micro-entrepreneurs et aux professions libérales et aux associations touchées par la crise du coronavirus.
    Ce fonds sera maintenu tant que durera l’urgence sanitaire.
    Pour bénéficier de l’aide, rendez-vous à compter du 20 avril 2020 sur : https://formulaires.impots.gouv.fr/formulaire/

    - Présentation du Fonds :
    http://www.polynesie-francaise.pref.gouv.fr/Actualites/Communiques-de-presse/2020/Signature-de-la-convention-Fonds-de-solidarite-aux-entreprises
    - Modalités et accès au formulaire volet 1 :
    http://www.polynesie-francaise.pref.gouv.fr/Dossiers/Information-COVID-19/Fonds-de-solidarite-aux-entreprises

    Publié le 23/04/19.

    COVID-19 : BPI, soutien aux entreprises

    Mise en place d'un dispositif exceptionnel de garantie par l'Etat opéré par BPI France

    L'ensemble des réseaux professionnels des banques membres de la FBF, en collaboration avec BPI France, lance un dispositif inédit permettant à l'Etat de garantir pour 300 milliards d'euros de prêts.
    Pour la Polynésie française, il est prévu 60 milliards de XPF de crédit, soit 10% du PIB, qui pourront bénéficier à plus de 2000 entreprises selon l'IEOM.
    Les prêts octroyés seront garantis par l'Etat à hauteur de 90 % au travers de la BPI France, les 10% restants représentent le risque contenu, pris par les banques.
    Aucune garantie supplémentaire ne sera demandée et les 3 banques de la place appliqueront les mêmes taux.
    Ces prêts seront plafonnés à hauteur de 25% du CA 2019 pour les entreprises créées avant le 1er janvier 2019 ou à 2 années de masse salariale estimée pour celles créées après cette date.

    Retrouvez les détails du dispositif sur ce document téléchargeable

    Publié le 10/04/19.

    PGE : l'Etat renforce son soutien à l'économie polynésienne

    La Polynésie française est éligible au programme exceptionnel de 300 Mds d'Euros de prêts garantis par l'Etat aux entreprises, via la BPI France

    L’établissement de crédit BPI France Financement SA est chargé par l’Etat d’assurer le suivi des
    encours des prêts garantis. A ce titre, on sait que ce sera également l’interlocuteur des
    établissements bancaires de Polynésie française.
    Une entreprise polynésienne qui souhaite bénéficier de ce dispositif doit au préalable avoir
    obtenu un pré-accord de sa banque pour un prêt d’un montant donné et répondant à l’ensemble
    des conditions d’éligibilité du dispositif. Le prêt ne peut excéder l’équivalent de trois mois de
    chiffre d’affaires.

    Lire la suite : voir article de Tahiti Infos

    Publié le 01/04/20

    COVID-19 : Présentation du Plan de sauvegarde économique du Pays

    En raison de la crise sanitaire du Covid-19, le plan de sauvegarde économique a été présenté ce matin par Teva Rohfritsch.

    Parmi ces mesures (à retrouver ci-dessous), on retrouve : la création d’un revenu exceptionnel de solidarité, le report d’échéances bancaires sans frais, la création d’un « CAE » solidaire ou encore la suspension des loyers OPH pendant 3 mois.

    Le Haut-Commissaire de la République déclare le confinement général

    Face à l’évolution et à l’urgence de la situation sanitaire, le Haut-Commissaire de la République et le Président de la Polynésie française ont pris la décision de réduire à leur plus strict minimum les contacts et déplacements sur l’ensemble du territoire de la Polynésie française, à partir de ce vendredi 20 mars, minuit, pour une période minimum de quinze jours.

    Dès samedi, tous les rassemblements sur la voie publique et dans la sphère privée sont interdits.

    Les regroupements extérieurs, les réunions familiales ou amicales seront interdits.

    Concrètement, vous devez rester chez vous et limiter absolument vos déplacements à l’extérieur.

    En conséquence, les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et sur attestation valable pour chaque déplacement (disponible sur le site internet du Haut-commissariat ou pouvant être copiée sur papier libre) uniquement pour :

    - faire des courses ;

    - consulter un professionnel de santé ou se rendre à l’hôpital ;

    - les motifs familiaux graves (assistance aux personnes vulnérables ou garde d’enfant notamment) ;

    - les activités physiques individuelles (sauf activités nautiques qui sont toutes interdites) dans un rayon de 2 kilomètres de son domicile, en évitant tout contact. Toutes les;

    - se rendre de son domicile à son lieu de travail, s’il n’est pas possible de travailler à distance.

     

    Télécharger le justificatif de déplacement professionnel

    Publié le 20/03/20

    Faire face au risque d'épidémie du COVID-19 : le MEDEF PF encourage la limitation des risques de contamination et de propagation

    Le MEDEF PF encourage ses membres à suivre les recommandations du Gouvernement et des autorités de santé publique. L’épidémie est une réalité et nous sommes aujourd’hui au 2ème cas de Covid-19 confirmé en Polynésie française. L’heure est à la prudence et les conséquences économiques pourraient être importantes.

    Toutes les informations sur ce virus sont disponibles sur le site de la Direction de la Santé : https://www.service-public.pf/dsp/covid-19/

    Lire la suite

    Publié le 12/03/20

    Développez vos projets d'entreprise : un nouvel outil de financement arrive sur le territoire, la Banque Publique d’Investissement (BPIFrance ) !

    Le président du MEDEF, M. Patrick Bagur, a reçu le Directeur du réseau Outre-Mer de BpiFrance (Banque Publique d'Investissement), M. Dominique CAIGNART, en mission en PF, accompagné de Mme Caroline MESSIN, Déléguée Territoriale Pacifique, dont les bureaux sont basés en Nouvelle Calédonie. Ces derniers ont présenté deux nouveaux produits élaborés sur mesure pour les collectivités d'Outre-Mer, telles que la Polynésie française. Il s'agit de prêts sans garantie à un taux fixe très compétitif et pour des frais de dossier très faibles (0,4% min. du montant du prêt). Ce prêt vient en complément d'un prêt bancaire et finance du matériel à faible valeur de gage, de l'immatériel ou du BFR. Ces produits sont réservés aux créations et développements d'entreprises :

    - DOM Création

    - DOM Développement.

    Pour tout renseignement, n'hésitez pas à contacter le MEDEF PF.

    Publié le 06/03/20

    Le MEDEF Polynésie française inaugure ses nouveaux locaux

    Le président du MEDEF PF, les membres du Bureau, les administrateurs et les Past-présidents du MEDEF PF se sont réunis ce jeudi 20 février autour d'un cocktail d'inauguration des nouveaux locaux du MEDEF de Polynésie française, sis dans l'immeuble Ateivi (face au SEFI).

    A cette occasion, le président du MEDEF PF, M. Patrick BAGUR, a tenu à remercier les partenaires privilégiés du MEDEF , à savoir, Mme Nicole BOUTEAU, Ministre du Travail, le contre-Amiral Laurent LE BRETON, commandant supérieur des forces armées, le Colonel Christophe SORIANO, Commandant du RSMA et le Commandant de la Gendarmerie, Frédéric BOUDIER.

    Les past-présidents du MEDEF PF n'ont pas été oubliés et ont été remerciés chaleureusement pour leur bénévolat et leur oeuvre, pierre après pierre, pour construire depuis 1983 cette institution, qui rassemble aujourd'hui 19 organisations patronales et près de 500 entreprises adhérentes en PF.

    Voici donc un tout nouvel outil qu'est la "maison des entreprises Polynésiennes", élément important dans le paysage économique de la PF.

    Publié le 20/02/20

    La délégation du FPRG reçue par l'ambassadeur de France à Fidji

    La délégation du FPRG accompagnée de Manuel TERAI, délégué aux affaires internationales de la Présidence de la Polynésie française, a été reçue par l'ambassadeur de France à Fidji Monsieur FITOU et son épouse. A cette occasion, les membres de la délégation ont pu rencontrer les représentants de TOTAL, Pacific Energy et la banque BRED.

    Publié le 12/02/20.

    1ère mission du FPRG à Fidji du 10 au 13 février 2020

    La délégation du French Polynesia Regional Groupa été reçue par le Pacific Islands Private Sector Organisation (PIPSO) et sa directrice Alisi Tuqa, puis par Monsieur Jaoji Koroi, directeur général du Fiji National Provident Fund (FNPF) qui est une institution financière majeure de l’économie fidjienne intervenant dans le financement des petits et grands projets des entreprises de Fidji dans tous les secteurs, immobilier, hôtels, golf, grands projets.

    La délégation s’est également entretenue avec le Speaker de Fidji, l’honorable Ratu Epeli Nailatikau. Un entretien très enrichissant qui a permis d’échanger sur le fonctionnement des institutions de Fidji, d’aborder l’importance de l’intégration de la Polynésie française à la région et sur la nécessité d’augmenter les échanges entre les deux pays.

     

    Publié le 12/02/20

    Le Président du MEDEF PF et la délégation FPRG à l'heure fidjienne

    Une délégation du French Polynesia Regional Group (FPRG) composée du président du MEDEF PF du président de la CPME PF et du président de la CCISM, est actuellement en mission à Suva, Fidji pour créer des contacts avec le monde économique fidjien et développer les échanges économiques avec la Polynésie française.

    Voir Article de Radio 1

    Publié le 10/02/20

    Ouverture de la 7ème édition de la Conférence Economique

    Les chefs d'entreprises membres du MEDEF ont répondu massivement présentes à la 7ème édition de la Conférence Economique 2020 qui s'est tenue au Tahiti Ora Beach Resort Managed by SOFITEL le 23 janvier 2020.

    Ce forum s’est concentré autours des thèmes aussi variés que nécessaires pour l’économie locale, allant des questions relatives à la nécessité de stimuler l’innovation ou encore le rôle du crédit dans la croissance et l'appréhension de la culture en économie, en passant par des interrogations concernant l’optimisation des ressources ou encore l’application d’un modèle économique nouveau.

    Diverses questions qui restent liées par des objectifs communs : pousser à la réflexion et inspirer ses participants, notamment les chefs d’entreprises.

    Publié le 23/01/20

    Signature d'une convention entre le MEDEF PF et la Gendarmerie de PF

    Le président Patrick BAGUR du MEDEF PF et le colonel Frédéric BOUDIER commandant la gendarmerie nationale en Polynésie française ont signé dans les locaux du MEDEF, une nouvelle convention qui définit l’engagement de leurs actions communes en faveur de l’insertion des jeunes polynésiens dans le monde du travail.

    A cette occasion, le commandement de la gendarmerie pour la Polynésie française (COMGEND PF) et le président du MEDEF se sont félicités de la création de cette convention entre la gendarmerie et le MEDEF visant à favoriser la reconversion des personnels de la gendarmerie dans les entreprises adhérentes et ont en rappelé les grandes lignes :

    - Faire connaitre aux entreprises le dispositif de la réserve opérationnelle et les possibilités de mobilité professionnelle offertes par la gendarmerie

    - Renforcer la sécurité des entreprises adhérentes aux organisations patronales affiliées au MEDEF PF

    - Participer à l’animation d’un réseau de veille d’entreprises affiliées au MEDEF PF.

    Lire le communiqué de presse

    Voir articles Radio1, TNTV et Tahiti Infos

    Publié le 06/12/19

    De nouvelles mesures fiscales pour 2020 en PF

    Le Vice-président, Teva Rohfritsch, a présenté en conseil des ministres deux nouvelles lois fiscales pour 2020, parmi lesquelles on retrouve une vingtaine de mesures, dont le prolongement de l'exonération à 10 ans, de l'impôt foncier pour les nouvelles constructions. Les secteurs de la pêche, des hydrocarbures, de la santé et du transport aérien n'ont pas été oubliés.

    Concernant la Taxe de développement local (TDL), le vice-président a présenté les résultats de la seconde phase du chantier TDL initié en 2018. Les objectifs, fixés par les entreprises locales, sont d'une part de restreindre l'application de la taxe aux seuls produits réalisés localement, et d'autre part de la simplifier en réduisant la gamme de taux.

    Voir articles Tahiti Infos, Polynésie 1ère, Radio1

    Publié le 25/11/19

    Création du FRENCH POLYNESIA REGIONAL GROUP

    Le bureau du FPRG a été reçu hier par le Président et le Vice-Président de la Polynésie française pour présenter ses missions, son fonctionnement et ses projets à venir. L'accueil de cette initiative a été très favorable par le Président qui se félicite de voir que les entreprises polynésiennes vont être plus présentes dans le Pacifique. De nombreuses pistes de collaboration ont par ailleurs été abordées entre le FPRG et le Gouvernement pour développer ses réseaux dans la région.

    Cette rencontre a permis au FPRG d’installer officiellement son existence en tant qu’organisme représentatif polynésien du secteur privé dans la région Pacifique.

    Les missions du FPRG sont de :

    - Contribuer à l’attractivité et la promotion de la Polynésie française ;

    - D’accompagner et conseiller le Gouvernement de la Polynésie française dans la démarche d’intégration régionale ;

    - D’accompagner les entreprises polynésiennes dans leurs démarches diverses (import/export, intégration régionale, diversification des marchés, contact clés dans les pays cibles du pacifique, …)

    - De participer à tout évènement ayant trait au développement international du Pays.

    Publié le 12/11/19.

×
Mentions légales du site medef.pf

Propriétaire et concepteur du site :
Le site medef.pf est la propriété de l'organisation MEDEF PF
Le numéro de TAHITI est le 153619
Le siège social est situé à Immeuble ATEIVI 3ème étage- Rue Tepano Jaussen
BP 972 - 98713 Papeete
Tél. (689) 40.54.10.40 - fax (689) 40.42.32.37
Email : medef@medef.pf

Directeur de la publication : 
Frederic DOCK en sa qualité de président du MEDEF PF

Conception : 
MEDEF PF - Tél. 40.54.10.40
BP 972 - 98713 Papeete Tahiti

Hébergement :
Strikingly / AWS (Amazon Web Service)
1355 Market Street Suite 488
San Francisco, CA 94103
United States

Protection des données :
Ce site est réalisé  en conformité avec les dispositions de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés. Les informations nominatives fournies par les utilisateurs du présent site internet sont à usage interne de l'organisation MEDEF PF à des fins de gestion des relations avec ses adhérents et prospects. Conformément à l'article 32 de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, l'utilisateur est informé qu’il dispose d’un droit d’accès, de rectification et de suppression portant sur les données à caractère personnel le concernant en écrivant à : MEDEF PF - BP 972 - 98713 PAPEETE